Création d’entreprises : quelles sont les aides possibles ?

La création d’une entreprise exige de l’organisation et la mise au point d’une stratégie sérieuse. Créer une entreprise demande également un investissement financier conséquent. Le capital à investir doit être d’une certaine importance pour donner une excellente marge d’action à la société. Ce n’est pas toujours facile de trouver un capital conséquent. Mais heureusement qu’il existe plusieurs aides importantes ; elles sont destinées au créateur ou au repreneur d’entreprise. Ces aides peuvent venir d’un établissement financier ou des institutions gouvernementales.

Les aides financières

Pour créer une entreprise pas à pas en région bretonne, il faut de la détermination et du temps. Il y a par exemple des démarches à effectuer auprès du CCI Ille-et-Vilaine. Toutefois, ces démarches auprès du CCI peuvent présenter certaines complexités ; il vous faudra alors demander l’intervention d’un professionnel.

Plusieurs aides financières sont mises à la disposition des créateurs d’entreprises en région. Il s’agit principalement du NACRE, du prêt OSEO, du prêt d’honneur et du crédit solidaire.

Le prêt NACRE

Le NACRE, Nouvel Accompagnement à la Création ou à la Reprise d’Entreprise, est une aide destinée au montage du projet de création ou de reprise d’une société. Cette aide est aussi destinée à la structuration financière ainsi qu’au démarrage ou au lancement des activités de l’entreprise. Toutefois, cette aide ne concerne qu’une catégorie de personnes. Il s’agit surtout des personnes salariées ou licenciés d’une société en redressement judiciaire, en liquidation judiciaire et en sauvegarde de justice qui reprennent une entreprise. Les bénéficiaires de la prestation partagée d’éducation de l’enfant et les personnes qui créent ou reprennent une société dans un quartier prioritaire de la politique de la ville sont aussi prises en compte.

Le prêt OSEO

Cette aide financière est beaucoup plus destinée aux étudiants désireux de créer leur entreprise et qui manquent de ressources financières. Ils peuvent prétendre à cette aide en toute sérénité ; elle est garantie par l’État. Ce dispositif permet aux personnes éligibles de bénéficier d’un prêt pouvant atteindre les 15 000 euros.

Le prêt d’honneur

Crédit à taux d’intérêt zéro, le prêt d’honneur est destiné à la création ou à la reprise d’une entreprise. Il peut aussi être destiné au financement de projets personnels. Ce type d’aides financières vous fait profiter d’un montant variant entre 1 800 et 90 000 euros ; la somme est fixée en fonction de l’envergure du projet et de l’établissement qui veut l’octroyer. Un prêt d’honneur est remboursable même lorsque le projet n’aboutit pas.

Le crédit solidaire

L’ADIE, l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique peut proposer ce type . C’est une des aides financières spécialement établie pour venir au secours des entrepreneurs qui ont beaucoup de mal à trouver une solution financière à leur projet pour des raisons variées. Elle est aussi à la portée des personnes qui n’ont pas été en mesure de trouver une solution financière idéale auprès des établissements financiers classiques.

Les aides sociales

Parmi les aides financières sociales destinées à épauler les créateurs d’entreprise, il y a notamment l’ACCRE et l’ARCE.

L’ACCRE

L’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise, l’ACCRE, est une aide qui permet de profiter d’une exonération des cotisations relatives aux divers régimes d’assurances pendant 12 mois. Cette exonération peut concerner les assurances maladies, maternités, invalidités et décès ; on peut également être exonéré des prestations familiales et de l’assurance vieillesse de base. Cette aide vise particulièrement les personnes titulaires d’un contrat d’appui au projet d’entreprise, le Cape. Les personnes de moins de 30 ans et reconnues comme des travailleurs handicapés sont aussi concernées.

L’ARCE

Il s’agit de l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise. En bénéficiant de cette aide, vous êtes en mesure de percevoir le versement d’un capital de 45 % de la somme des droits aux allocations chômage qui vous sont dues. Ce versement se fait en deux fois. Pour le premier versement, vous percevez un total de 50 % du moment total. Le second versement quant à lui a lieu à la création ou la reprise de la société.