Quelle est la différence entre un employé et un ouvrier ?

En général, on ne classe pas les ouvriers et les employés dans la même classe socioprofessionnelle. Toutefois, leurs points communs, c’est qu’ils sont des exécutants. Quelle est alors la différence entre un employé et un ouvrier ?

Le point de vue de l’INSEE par rapport à la différence entre un employé et un ouvrier

L’Institut national de la statistique et des études économiques, INSEE, a élaboré trois nomenclatures des diverses professions et catégories socioprofessionnelles (PCS). L’une des nomenclatures qui permettent aux entreprises du secteur privé de classer leurs salariés, c’est la PCS-ESE. Entendez cela par emplois salariés d’entreprise.

A lire en complément : Quel packaging choisir pour la vente à emporter ?

En fonction de cette nomenclature, on caractérise les ouvriers qui ne sont pas qualifiés dans le secteur industriel par deux différents éléments. Le premier élément, c’est que ces ouvriers réalisent un travail à dominante manuelle. Le second élément, c’est que ce travail est de type industriel. Toujours selon cette nomenclature, les employés administratifs d’entreprise sont considérés comme des exécutants qui réalisent un travail administratif.

Tenir compte de la convention collective pour faire la différence entre un ouvrier et un employé

Les conventions collectives contiennent généralement une classification des emplois. Ce sont des emplois répertoriés suivant des fonctions exercées ou encore à travers des coefficients hiérarchiques avec des échelons. Des grilles de rémunération correspondent donc à ces coefficients. Les niveaux de diplôme, les formations, les expériences, les niveaux de responsabilité, les compétences, ce sont autant de facteurs qui sont indiqués pour chaque catégorie d’emploi.

A voir aussi : Le storytelling c’est quoi ?

On retient donc de ces conventions collectives qu’ouvriers et employés sont des exécutants. Pour cause, ces derniers ne prennent pas de décisions. Ils ne sont pas non plus censés inventer ou concevoir quoi que ce soit. Ils n’ont en principe personne sous leurs ordres. Ils se situent ainsi, au bas de l’échelle hiérarchique. Par ailleurs, ils exécutent des tâches que leur commandent leurs supérieurs hiérarchiques. Ils ne disposent pas de marge d’initiative ou de manœuvre.

Par contre, la différence, c’est que l’ouvrier fait un travail manuel alors que l’employé effectue plutôt une activité de service. De même, il est parfois dit que l’ouvrier produit quelque chose de véritablement concret. Par contre, l’employé ne fabrique absolument rien.

Rendre sa classification effective

La classification socioprofessionnelle du salarié doit être indiquée sur le bulletin de salaire de ce dernier. Toutefois, le salarié peut penser qu’en fonction de l’accord collectif qui est applicable dans l’entreprise, il devrait être plutôt classé dans une catégorie autre que celle dans laquelle on l’affecte.

Ainsi, si l’employeur ne désire pas modifier la classification officielle du salarié, ce dernier peut saisir le conseil des prud’hommes. L’employeur devra alors dire la catégorie socioprofessionnelle à laquelle appartient le salarié. Quant au salarié, il devra à l’appui de ses prétentions, fournir des éléments de preuve. Au nombre de ces preuves, il y a l’accord collectif applicable au sein de l’entreprise. Il y a également le bulletin de salaire. À cela, il faut ajouter les témoignages des autres salariés qui devront attester que leur collègue exécute certaines fonctions dans telle ou telle autre condition.

Actualités
Show Buttons
Hide Buttons