Auto entreprise : comment calculer ses charges ?

Le statut d’auto entrepreneur bénéficie d’une bonne réputation quant à sa gestion. Exempté des calculs complexes, l’auto entrepreneur doit simplement compter ses dépenses et ses recettes. Sans oublier le montant des charges, il peut calculer ses bénéfices facilement.

Pour être certain de ne rien manquer, faisons le point tout de même sur tous les frais et calculs à effectuer pour que vous puissiez être serein.

A lire également : L'Urssaf peut examiner vos obligations légales

Les dépenses liées à votre entreprise

Peu importe le métier que vous exercez, il y certainement des dépenses dont vous avez la charge pour le bon développement de votre activité.

Les frais de communication :

A lire en complément : Redressement judiciaire : c'est quoi au juste ?

Ils concernent tous les supports à financer pour diffuser les produits ou services que vous proposez.
La création et la gestion d’un site web, la communication via les réseaux sociaux (contenu sponsorisé payant) et les supports physiques tels que les flyers ou les cartes de visites sont autant de frais à anticiper. En tant qu’auto entrepreneur vous devez vous faire connaitre, il est indispensable d’avoir recours à ces moyens de communication. C’est grâce à ces outils que vous trouverez vos clients.

La commercialisation de ses produits et services :

Les livraisons et les différents évènements professionnels impliquent des frais de déplacements divers. Il faut ajouter à cela les prix que coûtent les emplacements dans les expositions et marchés, les fournitures servant à emballer les produits et les frais postaux qui ne sont pas toujours payés par les clients.

Les charges dépendent du volume des ventes. Même s’il est difficile de prévoir le montant de ces charges, vous devez tenter d’anticiper ces dépenses car elles auront un impact sur vos bénéfices.

Le calcul des dépenses invariables

Ces dépenses concernent les frais que vous avez chaque mois et de façon fixe. Pensez à lister ces frais afin de calculer le montant à déduire de vos bénéfices. Les frais fixes correspondent à vos factures d’électricité, de gaz ou d’essence. Il faut également compter les factures de téléphone et internet et vos courses alimentaires. N’oubliez pas de compter les frais qui concernent les fournitures telles que les cartouches d’imprimante ou tout autre outil dont vous vous servez régulièrement.

Le calcul des taxes et des cotisations

Les cotisations sociales sont les charges que vous devez payer en tant qu’auto entrepreneur. Voici les différents pourcentages de prélèvement :

  • 12,80 % de votre chiffre d’affaire si vous vendez des produits
  • 22 % de votre chiffre d’affaire si vous proposez des prestations de services commerciales ou artisanales
  • 22 % de votre chiffre d’affaire si vous exercez une profession libérale ou proposez des prestations de services autres

Il est utile de savoir qu’en profitant de l’ACRE (aide à la création ou à la reprise d’une entreprise), vous pouvez bénéficier d’un montant de charge beaucoup plus faible tout au long de la première année d’activité.

Les taxes à destination des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) et de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) apparaissent à partir de la deuxième année d’activité. Ces taxes ne touchent pas les personnes exerçant en libéral et sont calculées proportionnellement au chiffre d’affaire :

  • 0,015 % concernant la vente de marchandises, restauration, hébergement
  • 0,22 % pour l’achat revente pour un artisan
  • 0,044 % pour les prestations de services
  • 0,48 % pour les prestations de services artisanales
  • 0,007 % pour les artisans en double immatriculation CCI/CMA

La CFP (Contribution à la Formation Professionnelle) est une taxe à régler soit chaque mois ou chaque trimestre. Les commerçants et professions libérales non réglementées doivent régler 0,10 % de leur CA, les artisans et les prestations de services BIC doivent eux, 0,30 % et les professions libérales réglementées sont prélevés à hauteur de 0,20 %.

La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) correspond à un impôt local lié aux biens immobiliers utilisés par l’entreprise. Son montant se calcule grâce au tarif locatif des biens employés par l’auto entrepreneur. Ce montant est multiplié par un montant dépendant de la commune dans laquelle se situe le local.

Les impôts sur le revenu sont calculés selon votre déclaration sur le formulaire 2042 C PRO où vous aurez indiqué le total du montant de votre chiffre d’affaire.

Peu importe le montant de votre chiffre d’affaire sur l’année, le montant d’abattement forfaitaire s’élève à 305 euros minimum (en 2019). Si vous avez choisi un versement libératoire de l’impôt de type mensuel, l’impôt s’élèvera à :

  • 1 % du CA si vous faites de la vente de marchandises
  • 1,7 du CA si vous proposez des prestations de services commerciales ou artisanales
  • 2,2 % du CA concernant tous autres prestations de services et les professions libérales

Le calcul des frais d’assurances et des frais bancaires

La mutuelle de santé :

Un salarié bénéficie d’une mutuelle que son employeur finance partiellement. Si votre entreprise correspond à une activité secondaire et que vous bénéficiez toujours du statut de salarié comme activité principale, vous pouvez toujours profiter de la mutuelle d’entreprise. Sachez également que si votre conjoint possède ce type de mutuelle, vous pouvez en bénéficier aussi, tout comme vos enfants.

Cependant, le statut d’indépendant vous oblige à payer une mutuelle avec vos propres ressources financières. Les frais à prévoir sont compris entre 30 et 40 euros environ. Précisons que ce montant varie selon le nombre de garantie souhaitée et le nombre des personnes assurées au même titre.
Notez que ces charges ne seront pas déduites de votre revenu imposable.

Les frais bancaires :

Un auto entrepreneur est obligé depuis 2015 a posséder un compte bancaire réservé à son activité professionnelle. Il n’est pas obligatoire que ce compte soit un compte professionnel, il peut être un compte personnel.

Cette loi a été mise en place afin de réduire les fraudes et de permettre aux auto-entrepreneurs de prouver les dépôts et les retraits d’argent.
Ce compte sera l’objet de frais supplémentaire compris entre 7 et 30 euros.

A noter que la loi PACTE exempte les entreprises ayant un chiffre d’affaire annuel en dessous de 10 000 euros de posséder un compte bancaire qui leurs sont dédiés.

Le calcul de vos congés

Oui, même vos jours de vacances sont à prendre en compte. Chaque jour de repos que vous prendrez vous enlèvera une rentrée d’argent, il vous faut donc calculer ce manque à gagner dans votre chiffre d’affaire. Cela vous permet de faire vos prévisions sur une année et d’anticiper le temps de vacance que vous pouvez vous accorder.

Juridique
Show Buttons
Hide Buttons