Comment réussir l’emballage de son colis ?

Pour qu’un client soit satisfait, il est indispensable qu’il reçoive sa commande dans les délais et encore en bon état. Mais entre les secousses, les manipulations et gerbages pendant le trajet, les colis sont exposés à des risques d’endommagement. Pour éviter tout risque d’abime, il est alors capital qu’un produit à convoyer soit bien emballé. Comment réussir donc l’emballage de son colis ?

Choisir un emballage de qualité

En plus d’être le premier contact physique d’une marque avec son client, l’emballage est l’assurance de la protection d’un colis à expédier. Il convient alors qu’un emballage soit présentable, et surtout sécuritaire. On peut par exemple utiliser d papier d’emballage pour colis comme solution ! Le papier d’emballage sert en effet à recouvrir un colis. Il est 100 % adhésif et empêche que le colis ne soit abimé. Cependant, l’emballage d’un colis implique aussi le contenant qui va l’accueillir.

A découvrir également : Le storytelling c’est quoi ?

Un contenant est choisi selon la nature, la taille et le poids du produit à emballer. Un produit léger et incassable comme des vêtements nécessite un emballage comme une pochette en plastique. Un produit fragile nécessite un emballage résistant. Le choix est large pour convenir à tous les besoins. On peut choisir une caisse (simple ou triple cannelure), un carton d’emballage postal, un tube, un étui.

Pour la taille, il est souhaitable de choisir des emballages au plus près des dimensions des colis. Un petit colis installé dans un carton trop grand risque de se cogner et d’être endommagé. Aussi, il faut tenir compte des conditions climatiques, en intégrant dans son colis un sachet déshydratant par exemple.

A lire aussi : Gagner en productivité : en quoi un coach est-il important pour vous 

Savoir caler le colis

Caler un colis permet en occurrence de le stabiliser. Avec un calage bien renforcé, le produit ne bougera pas, malgré les manipulations répétées et les gerbages. À cet effet, il est important d’utiliser des calages spécifiques au produit à transmettre, notamment :

  • Un produit fragile est compatible à un calage en film ;
  • Il faut utiliser du coussin d’air ou du papier kraft pour un produit léger ;
  • Les produits sensibles, comme les appareils électroniques peuvent recevoir un calage antistatique ;
  • Les objets d’art s’accordent avec un calage PH neutre.

En raison des conditions climatiques, les objets sensibles seraient mieux calés avec du film étirable étanche. Pour les surfaces d’un colis qui risquent d’être rayées, il faut adopter une protection douce. Mais attention à ne pas surcharger le colis, sous peine d’une facturation au poids volumétrique, pour des livraisons à l’internationale.

Disposer le colis convenablement

Lorsque plusieurs produits sont à mettre dans le même contenant, il est judicieux de placer ceux qui pèsent le plus en bas. De même, un produit vaste devrait rester en bas et non à la surface dans le carton.

Il faut penser à intercaler les produits d’un calage afin de ne pas abimer leur emballage propre. Pour avoir un gain d’espace, les petits produits peuvent être placés si possible aux alentours des grands.

Par ailleurs, lors de la livraison d’un colis contenant plusieurs produits, il faut indiquer le haut et le bas au transporteur. Cela évitera les mauvais maniements qui risquent d’endommager les produits durant le trajet.

Fermer le colis correctement

La fermeture permet de sceller toutes les précautions préalablement prises pour protéger le produit. Ainsi, la fermeté d’un colis et sa confidentialité dépend grandement de sa fermeture. C’est en cela que l’utilisation d’un papier d’emballage adhésif est recommandée pour sceller sans faille les cartons et autres contenants.

En utilisant le papier d’emballage, il est possible de fermer :

  • Un colis léger en disposition L ;
  • Les produits lourds et légers en disposition U ;
  • Les produits lourds pour une combinaison L et U pour un transport sur la durée.

La disposition H en revanche est adaptée à toutes les natures de produits.

Contrairement au ruban adhésif qui est pratique pour les livraisons à la Poste, le cerclage est une méthode de scellage adaptée juste à une livraison par des transporteurs.

Quelle qu’en soit la méthode utilisée, il ne faut pas oublier de mentionner les adresses des destinataires et expéditeurs, le code-barres du bordereau et la nature des produits (fragile, solide).

Utiliser les bons outils d’étiquetage et de marquage

L’étiquetage est une étape primordiale de l’emballage d’un colis. En effet, il permet d’identifier clairement le contenu du paquet pour éviter les confusions ou les erreurs de livraison. Pour cela, pensez à bien choisir les outils adaptés à cette tâche.

Il existe plusieurs types d’étiquettes : celles qui sont collées sur la surface du colis et celles qui sont insérées dans un porte-document adhésif fixé sur le carton. Les informations doivent être lisibles et compréhensibles en un coup d’œil.

Pour l’étiquetage des marchandises dangereuses (produits chimiques, inflammables…), il faut respecter certaines normes afin que leur manipulation puisse se faire sans danger. Les pictogrammes doivent être standardisés et répondre aux exigences réglementaires européennes.

Pour faciliter le processus de tri lors de la réception du colis par son destinataire final, renseigner avec précision la nature des produits contenus dans le paquet peut s’avérer très utile. L’utilisation des codes-barres est aussi recommandée car elle permet une identification rapide grâce au scanneur.

Si vous êtes exposant dans un salon professionnel ou que vous expédiez régulièrement vos produits vers différents clients professionnels ou particuliers, utiliser votre propre système de marquage peut aussi s’avérer avantageux en termes de visibilité commerciale. Un logo personnalisé ainsi qu’une accroche publicitaire peuvent donner envie aux destinataires finaux d’entamer une collaboration future avec votre entreprise.

Considérer les réglementations et les restrictions d’expédition

Au-delà des contraintes liées à l’emballage lui-même, vous devez prendre en compte les réglementations et les restrictions d’expédition applicables aux colis que vous allez envoyer. Effectivement, chaque pays possède ses propres règles concernant le transport de marchandises.

Les autorités douanières peuvent interdire certains types de produits (armements, substances dangereuses…) ou imposer des conditions strictes pour leur expédition. Il est donc impératif de vérifier la législation en vigueur dans le pays destinataire avant d’envoyer votre colis.

Pour cela, consultez les sites internet officiels qui recensent toutes ces informations utiles. Notez aussi qu’en cas d’infraction constatée lors du passage en douane, c’est l’expéditeur qui sera tenu responsable.

Il faut aussi être vigilant quant aux embargos et sanctions économiques. Certains gouvernements ont pris des mesures restrictives à l’encontre de certains États ou entreprises avec lesquelles il est interdit de commercer directement ou indirectement. Cette situation peut affecter vos activités commerciales internationales si vous n’y prêtez pas attention.

Certains types de produits, tels que les denrées alimentaires périssables, nécessitent un traitement spécifique afin d’éviter tout risque sanitaire lié au transport sur une longue distance, par exemple. Les chauffeurs routiers doivent respecter des normes strictes pour garantir la chaîne du froid et préserver ainsi la qualité des aliments livrés sur place.

Il est indispensable d’être informé des réglementations et restrictions applicables à l’expédition de vos colis. Cela vous permettra d’envoyer votre marchandise en toute sécurité et dans les meilleurs délais.

Actualités