Quelles différences entre la micro-entreprise et le portage salarial ?

La plupart des entrepreneurs qui décident de se mettre à leur compte choisissent le statut de micro-entreprise. Sachez qu’il existe aussi un autre statut tout aussi simple : le portage salarial. On a ici un statut qu’on peut placer à mi-chemin entre le salariat et l’entrepreneuriat. Vous hésitez ? Découvrons ensemble les différences entre les deux statuts pour faire le bon choix pour votre projet.

La liberté dans la gestion d’activité …

Pour ce qui est de la gestion de l’activité, il n’y a pas vraiment de grandes différences. Le portage salarial tout comme la micro-entreprise permet la liberté de gestion d’activité comme l’entrepreneur l’entend. Il est libre de choisir ses clients et ses missions et c’est également lui qui fixe sa rémunération. Il peut aussi travailler quand il veut. C’est au niveau du fonctionnement de la micro-entreprise et du portage salarial qu’on note quelques différences.

A lire également : Pourquoi opter pour un serveur bare-metal ?

Micro-entreprise : quelques obligations à tenir

Il faut savoir que si vous choisissez le portage salarial, vous n’aurez pas à vous soucier de la création d’entreprise, ce qui n’est pas le cas avec la micro-entreprise. Pour pouvoir travailler légalement, vous devez vous occuper de la création de votre petite structure. Certes, il n’y a pas de grandes difficultés dans les démarches de création de la micro-entreprise, car une bonne partie peut se faire en ligne. Vous devez également savoir que l’entrepreneur a quelques obligations au niveau de la comptabilité. Il doit tenir un registre d’achats, un journal de recettes et concevoir des factures en bonne et due forme.

Lire également : Transformez la data en actions essentielles pour votre société

Portage salarial : un grand appui de la société de portage

Si vous vous référez à la définition du portage salarial, vous allez comprendre que son principe de fonctionnement peut être placé à mi-chemin entre le statut de salarié et de freelance. À son intégration sur une plateforme ou dans une société de portage salarial, l’entrepreneur signe un contrat de travail qui est un peu différent, car entre les deux parties, il n’y a pas de lien de subordination.

Dans ce cadre du portage salarial, c’est l’entrepreneur qui fixe sa rémunération et non la société de portage. Cependant, lorsqu’il termine une mission, c’est la société qui perçoit le chiffre d’affaires facturé. C’est elle qui par la suite verse un salaire à l’entrepreneur. Il faut savoir que cette société touche un certain pourcentage pour les frais de gestions et les cotisations sociales.

Le portage salarial paraît plus avantageux …

En choisissant l’option du portage salarial, vous êtes lié à la société de portage. Cependant, cette dernière s’occupera de toutes les démarches, notamment :

  • L’établissement du contrat pour la prestation que vous allez effectuer pour le client,
  • La facturation de vos prestations ainsi que l’encaissement des factures,
  • Le suivi des paiements et la relance des impayés,
  • La gestion des déclarations sociales obligatoires.

Oui, le freelance n’a presque rien à faire et il pourra se concentrer sur sa principale activité. Certaines sociétés de portage salarial peuvent vous accompagner dans votre parcours de formation ainsi que dans la recherche de missions. Même si vous êtes convaincu par ce statut, vous devez savoir que le portage salarial affiche des charges plus élevées. Oui, la société de portage retient une importante partie de votre salaire sur chaque mission. Certes, l’entrepreneur en micro-entreprise a aussi des charges, mais elles ne sont pas si élevées. Par ailleurs, le portage salarial est principalement réservé aux professions intellectuelles, du moins à ce jour.

Business