Passer d’autoentrepreneur à EURL ou SASU ? Comment choisir ?

Il a été souvent conseillé à toute personne désireuse de créer une entreprise de toujours commencer sous le statut d’autoentrepreneur. Mais, lorsque vos activités prennent de l’ampleur, ce type de statut ne vous conviendra plus. Il est alors indispensable de penser à immigrer vers un autre statut. Avec cet article, vous saurez désormais comment vous y prendre pour faire un choix judicieux. Découvrez les différences existant entre les formes sociétaires comme la SASU et l’EURL.

Asseyez-vous et faites un bilan de la situation de votre entreprise

Lorsque votre chiffre d’affaires excède 170 000 euros pour les commerçants et services d’hébergement, vous n’êtes plus éligibles au statut de l’auto-entrepreneuriat. Il en est de même pour les prestations de services dont le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 70 000 euros. En effet, le dépassement du seuil applicable est la raison majeure d’un changement de statut. Ainsi, bien choisir le statut revient à faire le point sur votre chiffre d’affaires et les répercussions qu’aura le passage du statut de l’autoentrepreneur à une EURL ou une SASU sur vos activités et vos charges.

Soyez prévoyant sur vos nouvelles charges

Un dépassement des seuils réglementaires de l’auto-entrepreneuriat vous fait basculer directement dans un régime d’entreprise individuelle. Cela voudra dire que vous devrez :

  • Produire obligatoirement chaque année un bilan comptable ;
  • Faire un dépôt mensuel ou trimestriel de vos déclarations de TVA ;
  • Faire vos formalités fiscales et sociales…

Les avantages d’un passage à la forme sociétaire

Ne soyez pas soucieux des obligations qu’incombe un passage à la forme sociétaire. En effet, ce type de statut revêt beaucoup d’avantages :

  • La création d’une société vous permet de limiter vos responsabilités en fonction de votre capital. Ainsi, en cas de difficulté financière, vos biens personnels et ceux de vos conjoints ne seront pas pris en compte.
  • En ce qui concerne le régime fiscal, le calcul de l’impôt est réalisé en fonction de votre chiffre d’affaires pour le statut de l’auto-entrepreneuriat. Autrement dit, il y a une possibilité d’être imposé alors que vos charges excèdent votre chiffre d’affaires. Mais, lorsque vous créez votre société, vous ne payerez pas d’impôts lorsque vous ne faites pas de bénéfice.
  • Avec un statut sociétaire, vous ne payerez que la différence entre la TVA collectée sur vos ventes et celle que vous avez l’habitude de payer sur vos achats.
  • Les formes SASU ou EURL vous permettent de vous associer et donc de diviser les charges qu’impose l’immigration vers une entreprise.

Le choix d’une forme juridique adaptée à vos besoins

Malgré les obligations inhérentes au changement de statut, la plupart des autoentrepreneurs ne désirent pas s’associer à une personne. C’est pourquoi les formes SASU et EURL leur sont beaucoup plus recommandées. Les dissemblances entre deux formes de société unipersonnelle se retrouvent au niveau de :

  • La transmission des actions d’une SASU qui est plus simple et moins chère que celle d’une EURL.
  • Modalités d’organisation de la direction de la société qui sont plus souples dans la SASU alors que l’EURL exige un gérant.
  • Régimes sociaux : le dirigeant d’une société de forme SASU ne bénéficie pas d’une assurance-chômage même s’il est rattaché au régime général de la sécurité sociale. Par contre, en ce qui concerne l’EURL, son gérant est rattaché en tant qu’associé unique au régime social des travailleurs non-salariés.

Il est donc clair que si vous désirez vous associer pour créer votre société, vous allez devoir choisir un autre statut juridique notamment entre SARL et SAS. Dès que votre décision est prise ne tardez pas à informer les services des impôts et autres interlocuteurs de votre changement de statut juridique.