Quelles sont les alternatives au statut d’autoentrepreneur ?

Le statut d’autoentrepreneur présente un intérêt certain pour ceux qui veulent se lancer dans la création d’entreprise individuelle. Malgré tout le caractère de liberté qu’il revêt, il n’est pas ce qu’il y a de plus adapté à toutes les situations.

Le portage entrepreneurial comme première alternative ?

Comme le statut d’autoentrepreneur possède des limites même s’il présente des avantages par rapport à la simplification des procédures de création, il est utile de se tourner vers une alternative. C’est dans ce sens qu’on va apporter une définition du portage entrepreneurial qui représente une des premières solutions.

A lire aussi : Auto entreprise : comment calculer ses charges ?

Description

Il s’agit d’un statut juridique qui vise à nous affranchir des opérations qui nécessitent d’être réalisées auprès des différents services administratifs. D’une manière concrète, il donne lieu à la mise en place d’un contrat de mandat avec une entreprise de portage entrepreneuriale. Grâce à cela, on se retrouve libéré de toutes les tâches s’apparentant à la paperasserie pour pouvoir nous concentrer principalement sur notre activité. Bien entendu, cette entreprise disposera de toute la compétence concernant la gestion administrative. Toutefois, cela est utile étant donné que c’est justement par rapport à la maîtrise de ce point qu’apparaît un des blocages à l’initiative d’ériger une entreprise individuelle.

En outre, comme nous avons dans l’idée de découvrir les alternatives au statut d’autoentrepreneur, un retour sur les différents régimes d’entreprise pourra nous éclairer quant aux différentes possibilités.

A lire en complément : Comment obtenir le numéro SIRET d’une entreprise ?

Et pourquoi pas le portage salarial ?

Entre entreprenariat et salariat

Cette option offre de même une opportunité de ne pas voir à faire aux contraintes liées à la création d’entreprise. Le portage donne lieu à un statut correspondant à celui d’un salarié qui reste l’acteur unique quand il s’agit de rechercher la clientèle. Les charges ne sont néanmoins pas comparables à celles de l’autoentrepreneur qui sont moins élevées. C’est pourquoi, dans l’optique de tirer les avantages de ces deux statuts, certains procèdent à leur cumul. Ainsi, c’est en fonction de notre mission que l’on facture les clients. Le passage en portage est la meilleure des options à compter du moment où notre chiffre d’affaires dépasse le seuil caractérisant celui d’autoentrepreneur. C’est ce qui permet une optimisation des revenus.

Ses avantages

Il s’agit d’un statut qui offre plus de sécurité. Il donne la possibilité de cotiser pour le chômage. L’accès à une mutuelle ainsi qu’à l’assurance maladie est rassurant. Enfin, on appréciera aussi l’affiliation à la caisse des retraites dans le cadre de la validation des trimestres.

Quels sont les différents régimes d’entreprise ?

L’Entreprise individuelle à responsabilité limitée

S’orienter vers l’EIRL représente l’alternative la plus proche du statut d’autoentrepreneur. Son trait le plus distinctif réside quant à lui dans le fait de limiter notre part de responsabilité par rapport à l’entreprise. Cela se traduit par la création d’un patrimoine affecté à l’activité sans pour autant aller dans le sens de la constitution d’une société. Cette option ne convient pas dans le cas où l’on prévoit un chiffre d’affaires et des charges élevés.

Les autres structures juridiques pour société

Découvrir les autres structures juridiques pour société est indispensable à partir du moment où l’activité qu’on envisage sera de nature à produire un chiffre d’affaires qui comme on l’a évoqué dépasse largement celui du régime autoentrepreneur raison pour laquelle la microentreprise ne convient plus. Ainsi, il est à partir de là nécessaire de prendre connaissance des différents statuts juridiques parmi lesquels on peut opter en fonction de notre projet. À part l’EIRL précédemment développée, il y a donc :

  • L’EURL (SARL unipersonnelle)
  • La SARL
  • La SA
  • La SAS
  • La SASU
  • La SNC

Finalement, d’autres choix peuvent être trouvés dans les coopératives d’activités ou les entreprises de travail à temps partager, donc ne pas hésiter à s’informer davantage concernant ces deux options.

Juridique